lb fr pt en
Hierdebréiwer & Messagen . Lettres pastorales & messages  
1er décembre 2019

Faire Église ensemble

Lettre pastorale à l’occasion du 150e anniversaire de l’érection du diocèse de Luxembourg

Chers frères et sœurs,

Au début du temps de l’Avent, nous sommes tendus joyeusement vers la Fête de Noël, tout en apercevant déjà à l’horizon le jubilé diocésain qui sera célébré en 2020. C’est au cours de cette année jubilaire que nous allons commémorer le 150e anniversaire de l’érection du diocèse de Luxembourg par le Pape Pie IX.

Le début de cette évolution nous conduit au lendemain de la Révolution française, il y a bien 200 ans. C’est alors, contrairement aux siècles précédents, que les catholiques luxembourgeois ont été rassemblés en 1840 pour la toute première fois sous l’égide d’un vicariat apostolique, transformé en 1870 en diocèse et élevé en 1988 au rang d’un Archidiocèse, après avoir été régi par les diocèses de Metz ou encore de Namur. Compte tenu de tout cela, nous sommes devenus – tous ensemble – une Église particulière.

Voilà pourquoi les festivités du jubilé de l’an prochain seront placées sous la devise « Faire Église ensemble ».

Au cours des 150 ans notre « Faire Église ensemble » fut marqué par le témoignage de foi individuel comme par la vie des communautés et des institutions. Maintes impulsions ont été lancées par des organisations ecclésiales ou des organisations proches de l’Église, par le zèle pastoral ou simplement notre façon d’être chrétien. Il va de soi que cette évolution a connu des hauts et des bas, des exploits héroïques et des échecs, des périodes harmonieuses et des temps de confrontation entre Église et société. Nous constatons que l’Église a eu un impact important sur la vie spirituelle, intellectuelle et culturelle du pays. Elle a été une force de pouvoir qui a connu une grande influence, influence que l’on ne verra plus à l’avenir. Faut-il regretter tout cela ?

« Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » écrit Saint Paul (2 Cor 12,10). En effet, nous ne sommes vraiment forts que si nous nous engageons avec conviction comme une Église pèlerine dans la grande histoire d’amour engagée entre Dieu et l’humanité, histoire dont la Bible nous parle.

Tout au long du passé, nous avons formé une communauté de destin avec les gens d’une même société dans un même pays. Le milieu sociologique a été favorable à cette Église. Aujourd’hui il n’en est plus de même. Et si au cours du premier siècle de l’existence de notre diocèse, le nombre des habitants équivalait au nombre des fidèles, ce n’est plus vrai aujourd’hui.

Les chrétiens sont devenus minoritaires. En plus, nous vivons dans un monde qui est en train de changer rapidement et d’une manière radicale, voire fulgurante, grâce au pluralisme, à l’individualisme et à la digitalisation de la société. Or, cela ne doit pas nous déstabiliser et nous empêcher de confesser notre foi d’un cœur joyeux. Bien souvent des minorités qualifiées ont insufflé des énergies nouvelles à la société. Le Christ lui-même nous encourage dans ce sens quand il dit : « Ne crains pas petit troupeau ! » (Lc 12,32). C’est ainsi que nous devenons « sel de la Terre » et « lumière du monde » (Mt 5,13) à travers une Église qui est capable de rayonner de l’amour de Dieu, aussi bien à l’intérieur que vers l’extérieur. C’est de cette façon que notre « Faire Église ensemble » pourra se réaliser vraiment.

Entrons donc avec confiance et pleins de gratitude dans le jubilé de notre diocèse ! Je remercie de tout cœur ceux et celles qui se sont engagés dans des projets ou qui ont contribué à l’organisation générale de cette année jubilaire. Un tout grand merci revient aussi aux membres du groupe de travail « 150 Joer Diözes ».

Mais en engageant la fête, n’oublions pas tous ceux qui se trouvent en marge de la société. Voilà pourquoi j’aimerais vous recommander tout particulièrement deux projets sociaux qui me tiennent à cœur : le premier concerne l’accueil de deux familles réfugiées de l’île de Lesbos, accompagnées par « Reech eng Hand » et « Caritas », de même que la construction d’un nouveau Foyer au « Tricentenaire » à Heisdorf, un projet attendu par beaucoup de personnes handicapées en recherche d’un lieu de placement.

Les jubilés nous invitent à puiser du courage et de l’espoir pour l’avenir. « Faire Église ensemble » nous invite à élargir notre regard vers une Église qui n’existe pas pour elle-même, mais qui est appelée à semer la foi dans les champs du futur, en partageant les joies, les espoirs, les tristesses et les peurs des hommes et des femmes de notre temps. Cette semence ne pourrait-elle devenir féconde ? Grâce à notre présence, nous pouvons favoriser l’essor social, culturel et intellectuel à l’aide de nos rites, de nos pèlerinages et de toutes les autres traditions religieuses qui constituent une partie de l’identité de notre pays. C’est aussi une chance réelle de voir des jeunes en quête de valeurs spirituelles afin de leur proposer la foi.

La communauté ecclésiale ne devrait-elle pas devenir un laboratoire de l’avenir en partant des questions des hommes, les confrontant au message éternellement jeune de l’Évangile ? Ce message plein d’autorité peut donner des repères importants pour aujourd’hui et demain. En effet, nous devons toujours nous poser les questions suivantes : « Quel est le centre de notre foi et celui de notre façon de faire Église ensemble ? Que faut-il garder et de quoi faire le deuil ? » Le Pape François nous invite à nous laisser guider par l’Esprit Saint, pour développer un « Sensus fidei », et engager des chemins nouveaux.

Dans sa première lettre pastorale, Mgr Adames, premier évêque de Luxembourg, écrivit que désormais la Sainte Vierge, Patronne de la ville et du pays est aussi la patronne diocésaine. Invoquons-la tout particulièrement en 2020, afin qu’elle nous accompagne par son intercession et sa protection maternelle vers l’avenir.

Chers frères et sœurs : nous étions Église ensemble, nous sommes Église ensemble et nous serons Église ensemble !

Personne ne connaît l’avenir mais nous sommes appelés à le construire ensemble. L’avenir n’est pas seulement le temps qui nous reste à vivre, mais le temps où Il vient à notre rencontre et nous ouvre l’avenir. Confions-nous à CELUI qui est entré dans notre monde. Rendons grâce à Dieu pour le passé et l’avenir avec les paroles du « Großer Gott » : « Comme TU étais depuis toujours, TU le seras de toute éternité ».

Luxembourg en la Fête du Christ-Roi, le 24 novembre 2019

+ Jean-Claude Cardinal Hollerich
Archevêque de Luxembourg

Lettre pastorale
 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
WhatsApp 352 691 12 97 76
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu