lb fr pt en
Priedegten  
30 avril 2021

Une rencontre qui demande des décisions

Homélie de Milly Hellers (30 avril 2021)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (10,17-23)

Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? »

Jésus lui dit : "Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul.
Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère.« L’homme répondit : »Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse.« Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : »Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi."

Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.
Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! »


Chers frères et sœurs,

Le thème d’aujourd’hui est « Une rencontre qui demande des décisions ».

Nous nous sommes déjà tous posé la question – qu’est-ce qui se passe, quand nous mourons – quand nous devons laisser notre vie – oui, quand nous devons TOUT laisser lâcher ? Et si c’était aujourd’hui mon dernier jour, qu’est-ce que je voudrais, qu’est-ce que je devrais faire, dire… ? L’évangile et la doctrine de l’Église nous donnent des réponses d’espérance, mais… la question demeure.

Dans l’évangile nous rencontrons un homme, qui s’adresse avec une question semblable à Jésus. Contemplons le contexte biblique : Jésus était en route vers Jérusalem. Beaucoup de gens l’ont recherché. Des parents lui ont demandé de bénir leurs enfants. Cela agaçait les disciples et ils les renvoyaient. Mais Jésus les a contredits, déclarait les enfants comme modèle de vie. Pourquoi les enfants ? À cause de leur énorme confiance.

En plus Jésus s’est exprimé clairement par rapport à des questions délicates concernant la religion et la vie sociale, ce qui ne plaisait pas à tout le monde. Il n’a pas caché à ses disciples ce qui l’attendait. Mais malgré les angoisses et l’incertitude, il a continué son chemin en faisant confiance à son Père.

Le texte biblique que nous venons d’entendre nous parle d’un homme qui voyant Jésus, court vers lui et se jette à ses pieds. Imaginons la scène. Cet homme avait entendu parler de Jésus et est profondément touché de le rencontrer. Agenouillé par terre, il pose à Jésus La Question : « Que dois-je faire pour gagner la vie éternelle ? » Plus loin dans le texte nous apprenons qu’il était riche. Peut-être qu’il pensait : Il en va de la vie éternelle comme en comptabilité. Si je travaille beaucoup, je gagne beaucoup – et le bénéfice, est alors bien mérité. Puis de temps en temps je fais un don – alors ça marchera ! Peut-être que cet homme s’attendait une confirmation de sa stratégie.

Mais – Jésus avait deviné ses intentions mais prend quand même sa question au sérieux. Il lui dit : « Tu connais les commandements – tu aimeras ton prochain, tu respecteras tes parents, etc. » Ainsi Jésus l’invite – et nous aussi – à une relecture de sa vie et de son comportement envers ses proches.

« Tout cela je l’ai observé dès ma jeunesse – oui, tout cela je l’ai fait », répond l’homme. Il faut bien une certaine arrogance ou une grande naïveté pour répondre ainsi. Comment aurions-nous réagi face à cette affirmation ? Aurions-nous souri, nous serions-nous moqués ? L’aurions-nous rabroué ? « Jésus le regarde avec amour parce qu’il l’a aimé » continue l’évangile. Mais l’amour n’empêche pas Jésus d’être franc avec l’homme, même si c’est un peu délicat : « Va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres. Puis viens et suis-moi. » Ce qui manque au jeune homme, c’est ce que tu as de trop. Comme si Jésus voulait dire « ne te confie pas à ton portemonnaie, mais mets ta confiance en Dieu, en moi ». Peut-être que Jésus veut lui faire comprendre - et à nous aussi – que la vie éternelle n’est jamais un mérite, mais un cadeau, que nous ne pourrons recevoir qu’avec des mains vides. Mais, afin que nos mains soient vides ou le deviennent, il faut lâcher prise, accepter le vide, faire confiance… L’homme riche part - tout triste. Il avait beaucoup d’argent, mais peu de confiance et il n’arrivait pas à lâcher prise…

Mais les paroles et l’attitude de Jésus à l’égard du riche, peuvent nous donner consolation et espérance. Ne ressemblons-nous pas parfois à cet homme riche, qui derrière une façade dorée, dépendant de tant de choses, cache bien sa pauvreté intérieure ? La pandémie nous en a donné de précieuses leçons.

La question n’est pas si on possède une petite ou une grande fortune. Mais la question c’est : quelle est la place que je lui accorde dans ma vie ? Est-ce que j’identifie ma vie à cette façade dorée, ou bien – puis-je lâcher prise, partager, sans en faire dépendre ma propre valeur et mon « image » ?

Ne ressemblons-nous pas parfois aussi à cet homme riche, quand nous savons bien, que nous devrions lâcher… des souvenirs, des affaires, des attentes, des relations, des habitudes… Et pourtant nous avons du mal à le réaliser ? L’homme riche est parti – tout triste. Il avait recherché Jésus avec enthousiasme, mais il ne pouvait pas lâcher, il n’arrivait pas à faire confiance.

Et nous, que faisons-nous ? Osons-nous la confiance, sachant que nous tous devons un jour tout lâcher, nous confier aux mains du Seigneur. Cela est – et j’en suis tout à fait consciente moi-même, bien plus facile à dire – qu’à faire… C’est le Seigneur qui doit le faire en nous – seuls, nous n’y arrivons pas.

Dans un moment de silence, contemplons son regard d’amour sur le jeune homme – et sur nous et confions-lui tout ce qui nous sépare de Lui – et parfois aussi des autres. Demandons son secours pour abandonner ce qui empêche notre relation avec Lui – et confions-nous à Son Amour.

Silence

Sainte Marie, Mère de Jésus, Consolatrice des Affligés, toi aussi, tu as dû lâcher ton Fils pour qu’il puisse vivre sa mission. Aide-nous sur ce chemin. Amen.

Traduction : LB

 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu