lb fr pt en
Priedegten  
29 avril 2021

Une rencontre qui perturbe la vie familiale

Homélie de Milly Hellers (29 avril 2021)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (1,29-31)

Aussitôt sortis de la synagogue, ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.

Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.

Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.


Chers frères et sœurs,

Le thème de cette 4e homélie est « Soudain tout a changé – une rencontre qui perturbe la vie familiale ».

En priant avec ce texte de la bible, concernant la belle-mère malade de Pierre, j’ai pris conscience dans quelle mesure la famille de Pierre a été chamboulée par la présence de Jésus.

Concernant le contexte biblique : Nous sommes au début de la vie publique de Jésus. Jésus a été baptisé dans le Jourdain par Jean-Baptiste. Après 40 jours de retrait au désert, il appelle les premiers disciples à sa suite. Ce sont deux frères, des pêcheurs, André et Simon. Ils étaient en train de jeter leurs filets pour pêcher. Jésus vient – et les invite à le suivre.

Après cela Jésus a également appelé Jacques et Jean. Les deux frères étaient en train de nettoyer leurs filets au bord du lac avec leur père. Après l’invitation de Jésus : « suivez-moi – je ferai de vous des pêcheurs d’Hommes », eux aussi abandonnent leurs filets, leurs barques – et également leur père – et ils suivent Jésus. Une scène violente ! mettons-nous à la place de Zébédée, le père des deux. Après cela Jésus part avec eux pour Capharnaüm, où il entre dans la synagogue. Là il guérit un homme malade.

Pierre était un pêcheur, et il nourrissait sa famille avec ce boulot. La belle-mère de Pierre vivait peut-être dans le ménage de Pierre. Peut-être qu’elle connaissait également les deux frères, Jacques et Jean, que Jésus avait également appelés et qui là-dessus ont laissé/quitté leur père. Toutes ces évènements ont certainement été commentés dans les villages environnants.

Je me permets ici une petite parenthèse : Simon – que Jésus appellera bientôt Pierre, le roc – était marié. Le fait d’être marié n’a pas empêché Jésus de l’appeler à sa suite – et qui en plus sera comme le premier des apôtres, le premier pape ! Être marié et être apôtre est donc parfaitement compatible. L’amour dans le couple ne peut donc pas être en concurrence avec l’amour pour Jésus.

En considérant tout cela, essayons un instant de comprendre les sentiments de la belle-mère de Pierre. Qu’elle se fasse des soucis, parce que Jésus a appelé son gendre à sa suite, qu’elle se demande ce qui se passera avec la famille, ses petits-enfants, – et également avec elle-même… ? Tout cela est plus que compréhensible. De telles soucis existentiels peuvent vous rendre malade. D’après un proverbe (allemand) : « Quand l’âme souffre, le corps tombe malade ».

Retour au texte de la bible. Les 4 hommes étaient à la synagogue avec Jésus. Ils rentrent ensuite au domicile de Pierre et d’André. La belle-mère a de la fièvre et elle est au lit. Les 4 en informent Jésus et l’amènent auprès de la femme malade. Ils ouvrent la porte pour que la belle-mère puisse entrer en relation avec Jésus avec des mots et des gestes simples. Selon les coutumes de l’époque, il n’aurait probablement pas dû toucher la femme.

Mais Jésus n’hésite pas à rendre visite à une femme sur son lit de malade. La bible ne nous dit rien sur ce dont ils ont parlé. Le texte retient juste qu’il l’a touché et l’a mise debout.

Si au début les ragots sur Jésus et ses propres peurs existentielles l’avaient rendu réellement malade, par après le contact personnel avec Lui l’a guérie et remise debout. Elle pouvait lâcher ses peurs et faire confiance à Jésus et lui dire OUI. Ensuite elle aussi s’est mise au service de Jésus.

Nous aussi, nous avons peut-être déjà fait des expériences analogues, qu’un membre de la famille ait pris un chemin, qui a chamboulé toute la vie familiale ainsi que son existence. Ou bien nous connaissons peut-être des personnes, dont la vie de famille a été ou est perturbée tout à coup par le fait de suivre Jésus et par une pratique religieuse de la foi.

Aujourd’hui nous n’avons plus la chance de rencontrer Jésus en présentiel, personnellement, face à face. Mais nous pouvons Lui confier ces personnes dans notre prière, comme l’ont fait les premiers disciples, et ainsi avec notre prière amener Jésus auprès de ces personnes. Faisons cela dans un moment de silence.

Silence – musique méditative

Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pêcheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Traduction : Jacques & José Mergen-Blasen

 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu