lb fr pt en
Rot vun de Kultusgemeinschaften . Conseil des Cultes  
18 novembre 2014

Aller au delà de la tolérance

Les représentants des cultes conventionnés, de la Shoura et de l’Église néo-apostolique signent un Mémorandum sur l’élaboration d’un futur cours des religions

Les représentants des cultes conventionnés, de la Shoura et de l’Église néo-apostolique ont lancé une proposition commune et innovatrice ce 18 novembre en signant officiellement le Mémorandum commun affirmant leur responsabilité et leur disponibilité à assumer ensemble un « cours des religions » à l’école publique en collaboration avec l’État luxembourgeois.

Cette proposition est d’envergure puisqu’elle provient des grandes et moins grandes communautés religieuses – en terme de membres – que sont le Culte israélite, l’Église anglicane, l’Église catholique, l’Église orthodoxe, l’Église protestante, l’Église protestante réformée, l’Église néo-apostolique et la Shoura musulmane.

Le Luxembourg est traditionnellement un pays catholique, le christianisme fait partie de ses racines depuis des siècles. Cependant le paysage social et religieux a beaucoup évolué. D’autres religions sont aujourd’hui présentes sur le territoire à des proportions diverses. L’initiative d’assumer un cours des religions ne répond pas à un besoin de financement, de prise de pouvoir ou d’influence. Elle veut être une réponse adaptée aux besoins de notre société, comme l’a rappelé Monseigneur Jean-Claude Hollerich.

Car les conflits religieux – ou sous prétexte religieux – enflamment de nombreuses régions du monde et il est indispensable que les enfants et les jeunes en aient une meilleure connaissance pour lutter contre les idées toutes faites et les préjugés qui circulent sur le sujet. Le cours des religions devrait ainsi être donné par des représentants des religions eux-mêmes, puisqu’ils sont les experts sur ces questions et garantissent la véracité des messages. Cette initiative ne vise en aucun cas une transmission des différentes Fois, qui sera prise en charge au sein des différentes communautés (la catéchèse sera développée dans les paroisses par exemple).
Le but est plutôt de transmettre aux enfants et aux jeunes des connaissances sur les religions (qu’est-ce que les religions, leurs histoires, les besoins auxquelles elles répondent…), de proposer des réponses à leurs questions et surtout de développer une attitude critique chez ces jeunes. Le cours sur les valeurs devrait continuer à exister parallèlement à ce cours des religions.

Un grand jour pour la démocratie

Le Président de la Shoura musulmane, Monsieur Sabahudin Selimovic, a affirmé que cette initiative allait renforcer la démocratie, entendue comme mode de fonctionnement qui donne aux citoyens la possibilité de choisir – même si leurs choix diffèrent d’une personne à l’autre –. Il a pris l’exemple de la société d’ex-Yougoslavie, une société où certains ont toujours choisi pour d’autres, un système vu comme démocratique pour les dirigeants, une dictature pour le reste de la population.
La communauté musulmane est très heureuse de pouvoir participer à cette initiative qui va dans le bon sens, dans un domaine aussi important que l’éducation de nos enfants ; Il leur sera ainsi possible de prendre des choix éclairés, en pensant à l’avenir et à la stabilité et la cohésion de notre société.

Pour davantage de cohésion sociale et de « Verstees Du mech »

Le Pasteur Volker Strauß a souligné qu’il n’est pas ici question de faire de la propagande pour les religions mais de souligner leur importance au niveau social pour que les jeunes soient mieux à même de comprendre le sens profond de l’existence des religions et les défis de taille qui se posent au niveau interconfessionnel et interreligieux. Les religions devront être représentées selon une certaine proportionnalité des communautés présentes.
Il n’y a certes pas encore eu de discussion avec le Ministre de l’éducation et de la formation professionnelle. Cette initiative est une main tendue au gouvernement. Espérons qu’il saura saisir l’occasion. S’il la refuse, il devra tout de même porter la responsabilité d’une césure avec les aspirations des communautés religieuses présentes au Luxembourg.

Après la signature du Mémorandum, Monseigneur Jean-Claude Hollerich, le Vicaire épiscopal Panagiotis Moschonas de l’Église orthodoxe pour le Luxembourg, Monsieur Volker Strauß, pasteur titulaire de l’Église protestante du Luxembourg et actuel Président du Conseil des églises chrétiennes, le Révérend Christopher Lyon de l’Église anglicane, Karl Georg Marhoffer, Pasteur titulaire de l’Église protestante réformée du Luxembourg, Monsieur Sabahudin Selimovic, Président de la Shoura, Monsieur Clément Haeck, Apôtre et vice-président de l’Église néo-apostolique de Luxembourg ont posé pour une photo de groupe dans le beau cadre de l’« Aquarium » du Casino – Forum d’Art Contemporain. (Monsieur le Grand Rabbin Alain Nacache, en voyage à l’étranger, s’est fait excuser.)

 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
WhatsApp 352 691 12 97 76
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu