lb fr pt en
Jahr A (2016-2017)  
2 janvier 2017

Le mystère d’être Mère de Dieu

01.01.2017

L’Eglise a choisi de fêter, pour le premier jour de l’année civile, la « maternité divine de Marie ». Cette expression peut paraître un peu sophistiquée, mais elle parle d’un mystère qui est peut-être le plus grand trésor de notre foi chrétienne. Il faudrait le creuser et apprendre à le contempler davantage. La dévotion envers la Vierge Marie n’est pas une question affective ou superficielle mais il s’agit bien d’or pur et de feu ardent pour notre foi ! Le Fils de Dieu a choisi de venir dans notre monde en se faisant petit enfant, fils de Marie : voilà une vérité pour le moins surprenante. Lorsque, en 431, au Concile d’Ephèse, l’Eglise a affirmé que Marie était « Mère de Dieu » et non pas seulement « Mère du Christ », ce fut un moment décisif dans l’histoire de l’Eglise.

Pourtant, en ce qui concerne notre foi, nous avons « appris », étant enfants, les grandes choses à croire, mais nous ne les avons pas beaucoup creusées depuis. Or, n’est-ce pas (…) les « choses de Dieu » qu’il faut le plus mûrir et pour cela nous former ? Avons-nous, par exemple, pris le temps de méditer sur cette expression tellement courante : « Mère de Dieu », (et) qui est cependant si audacieuse ?

La maternité humaine est déjà quelque chose de fascinant, qui nous dépasse. Les grecs disaient que la fécondité était le fruit du vivant qui est arrivé à son développement le plus grand, le plus parfait. De plus, cette fécondité humaine n’est pas un simple mécanisme, mais bien le fruit d’un amour entre un homme et une femme. Ne séparons pas la fécondité de l’amour comme le fait la science dans sa froideur, ce serait réduire le mystère de la vie. La fécondité a tout de suite quelque chose de divin, de sacré : Eve dit une très belle parole de sagesse, dans la Bible, quand elle met au monde son premier enfant : « J’ai enfanté un fils avec Yahvé » (Gn 4, 1). Elle ne dit pas « avec Adam », mais « avec Yahvé », car la fécondité implique bien plus qu’Adam : elle implique directement le Créateur, puisqu’il s’agit de la création d’un être nouveau, d’une âme. La fécondité, la conception d’un enfant, engagent Dieu dans son acte créateur, qui est toujours un acte d’amour. C’est pour cela d’ailleurs qu’il est tellement monstrueux de parler de « produit », dans le langage médical, lorsque l’on désigne le bébé dans le sein de sa mère.

De ce point de vue, la maternité de Marie est déjà la plus parfaite de toutes les maternités humaines car elle engendre ce qu’il y a de plus grand dans notre monde physique : le corps de Dieu, l’humanité sainte du Christ. Elle en est vraiment la source.

Ce que nous devons comprendre maintenant, c’est que la maternité de Marie n’est pas que biologique, elle va beaucoup plus loin. Marie est la mère de la personne du Christ, du « Verbe devenu chair ». Donc son lien avec le Christ est plus fort, à travers la foi, que n’importe quel autre lien d’un enfant avec sa mère. Saint Augustin écrit dans son traité De la sainte virginité ces paroles éclairantes : « Marie fut plus heureuse de recevoir la foi au Christ que de concevoir la chair du Christ », ou encore, dans un sermon : « Oui, elle est bienheureuse, Marie, qui a engendré dans sa foi, qui a conçu dans la foi. (…) A la parole de l’ange, elle ajouta une foi pleine ; et elle conçut le Christ en son esprit avant de le porter dans son sein. »

C’est, selon ces paroles, d’abord un lien spirituel et divin qui existe entre Marie et ce tout petit Enfant qui est la seconde personne de la Trinité, dès le premier moment de sa conception. C’est un lien encore plus concret et substantiel que celui de la chair et du sang. Et ce lien n’a cessé de grandir : Marie a contemplé de plus en plus son Fils, en le choisissant dans l’Amour, en le recevant du Père. Jusqu’à la Croix, elle n’a cessé d’être plus proche de lui. Ce mystère nous ouvre des perspectives tellement grandes !

Wandrille SEVIN
 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu