lb fr pt en
Année C  
15 juillet 2016

La Parole créatrice

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10, 38-42

Jésus chez Marthe et Marie (Jan Vermeer 1654/1655)

« Cherchez d’abord le Royaume et sa justice et le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33). Ce verset de l’évangile de Mathieu est peut-être le meilleur commentaire de la leçon de Jésus dans la maison de Marthe et Marie. Jésus entre dans un village, il est accueilli chez des amis : Marthe fait le service et Marie écoute Jésus. Elle « a choisi la meilleure part », dit Jésus. Marthe se laisse déborder par les préoccupations du service et passe à côté de l’essentiel : rencontrer Jésus. La véritable hospitalité implique l’écoute. Ici, c’est Jésus que Marie écoute et c’est là « la seule chose nécessaire ».

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. (10,38-40)

Depuis le chapitre 9, Jésus monte vers Jérusalem et ce long voyage est l’occasion pour lui de donner de multiples consignes à ses disciples. Entre autres, il leur a recommandé d’accepter l’hospitalité (Lc 9,4 ;10,5-6) ; c’est exactement ce qu’il fait lui-même ici : on peut donc penser qu’il accepte avec gratitude l’hospitalité de Marthe. Mais, à peine est-il entré dans la maison de ses amies, que Marthe le laisse, « elle était accaparée par les multiples occupations du service ». Sous prétexte de le servir, la voilà qui s’affaire, qui se préoccupe de tout, sauf de lui. Son service prend le pas sur son hôte. Elle se démène, toute soucieuse, craignant, semble-t-il, de ne pas être à la hauteur de la situation.

« Marie s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa Parole ». (10,39) Marie est dans la seule position qui convienne : aux pieds de Jésus, dans l’attitude du disciple. Elle ne fait rien, ne dit rien, elle est assise et elle écoute. Elle a oublié tout le reste. Elle s’oublie elle-même, elle est toute entière réceptive. Elle n’a d’yeux et oreilles que pour Jésus et sa Parole qui l’a fait exister. C’est elle surtout qui reçoit Jésus, et de la meilleure manière. Plus rien ne compte pour Marie que la présence et la Parole de Jésus. Autant elle est concentrée sur ce qui seul compte pour elle, autant sa sœur est dispersée dans la multiplicité des tâches qu’elle s’est donnée à accomplir. (10,40)

Marthe intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. »

Marthe s’occupe vraiment de tout, même de sa sœur et de Jésus. Quitte à lui couper la parole pour lui adresser des reproches ! Marthe ne supporte pas que quelque chose échappe à son contrôle. Il faut se mêler de tout, tout réglementer : la conduite de Marie et jusqu’à celle de Jésus qu’elle apostrophe, à qui elle donne des ordres. Marie continue à garder le silence et à laisser parler Jésus. Mais pourquoi Marthe se fait-elle rabrouer, alors qu’elle se dépense pour bien recevoir Jésus ? Il le lui dit en deux mots : « Tu te donnes du soucis et tu t’agites ». En vue de quoi ? Sans doute pour préparer un repas sortant de l’ordinaire. Elle ne réalise pas que la présence de Jésus est le cadeau le plus extraordinaire que Dieu puisse nous faire. Jésus ne vient pas à nous pour se faire servir mais pour nous annoncer une bonne nouvelle. Il délivre la Parole, Parole créatrice qui fait vivre.

Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du soucis et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. » (10,40-42)

Marie s’en tient au choix qu’elle a fait une fois pour toutes, à la seule chose qui lui tienne à cœur. Rien ne pourra l’en détourner. Tout entière ouverture à la Parole créatrice, elle ne s’occupe pas d’elle-même mais de celui qui, lui parlant, la fait exister. La louange que Jésus rend à Marie concerne l’héritage : elle « a choisi la bonne part » ; elle se comporte en véritable fille, qui ne compte pas sur ses propres œuvres, comme une « enfant » qui ne prononce pas une seule parole, reçoit tout de celui qu’elle considère comme son Seigneur. On peut dire que l’attitude de Marie est bien décrite par le premier commandement : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de tout ton esprit… .(Luc 10,27)

Seule la Parole de Dieu mérite qu’on lui accorde une foi totale. Faire nôtre la Parole en l’absorbant en notre intimité nous met en mesure de faire fructifier tout ce qui fait notre vie, le bon et le mauvais. Il s’agit de faire comme le fait Marie, de nous ouvrir pour recevoir : accueillir la Parole et nous ouvrir à l’Esprit, qui est amour. L’Esprit nous fait comprendre de plus en plus les paroles de Jésus et nous ouvre aux paroles que le monde et la vie nous adressent. Aujourd’hui Jésus vient à nous à travers tous ceux que nous rencontrons, à travers les joies, les souffrances et mêmes les crimes de nos contemporains. Choisissons la meilleure part et écoutons Jésus. Il nous parle sans cesse en toute chose.

Charlotte LANGEHEGERMANN
 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
Flickr
WhatsApp 352 691 12 97 76
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu